Bienvenue sur le nouveau site de www.lyon-communiques.com
Les communiqués de presse en direct Lyon & Rhône-Alpes
Communiqué de presse : économie

Peut-on faire fortune dans une franchise de bonbons ?

Glup's France

Communiqué le 08/12/2011

Demande de renseignement

Vous souhaitez plus de renseignements à propos de ce communiqué.
Vous pouvez contacter le responsable de ce communiqué
en utilisant le formulaire ci-dessous :


Rappel du communiqué :
Peut-on faire fortune dans une franchise de bonbons ? Un sujet à l'ordre du jour que la chaîne de magasins « 100% bonbon» Glup's développe en toute transparence.

Puisque le sujet est à l'ordre du jour, peut-on faire fortune dans une franchise de bonbons ? « Assurément non ! » répond Eric Geslot, patron de la chaîne de magasins « 100% » bonbon Glup's et président de Geslot SAS, négociant en confiseries vrac.
Mais alors, la vente de bonbons vrac est-elle une activité rentable ? « Oui, pour des commerçants impliqués dans leur exploitation. »

Avec des réponses aussi catégoriques, ce franchiseur prêche-t-il contre sa paroisse ? « Non » enchérit Eric Geslot. « Mais un franchiseur ne doit pas affirmer n'importe quoi juste pour financer la croissance de son réseau. »
Certes, la franchise n'est pas une assurance tous risques. Erreur de pilotage, mauvaise gestion, cupidité… nul n'est à l'abri d'un dérapage. Glup's le sait. Si l'enseigne a connu son heure de gloire, elle a aussi fait les frais d'un développement peu scrupuleux. Mais c'était une autre époque.

Repris in extremis en 1996 par la famille Geslot (grossiste en confiseries depuis 1952), Glup's est désormais une enseigne qui s'autogère. Elle assume ses choix : 3 à 5 nouveaux magasins par an, une structure de développement et d'animation adaptée, un actionnariat exclusivement familial.

Résultats : un réseau de 45 magasins qui fait son chemin. Des franchisés qui pour certains ont 17 ans d'ancienneté. Des commerçants qui travaillent en couple pour la plupart. Des boutiques qui - selon leur zone d'implantation - développent des chiffres d'affaires compris entre 150.000 et 600.000 €. Une succursale sur la plus belle avenue du monde (les Champs Elysées à Paris).

Une enseigne 100% bonbon qui perdure. Un capital sympathie installé, une communauté de glup'seurs qui adhère aux codes ludiques de la marque. Un panier moyen qui garde le moral (4,50 €), et un taux de croissance conforme à la moyenne du marché, bien que sur le segment du bonbon vrac, Glup's soit la seule référence nationale.

Lorsqu'on demande à Eric Geslot pourquoi il n'y a pas d'investisseurs chez Glup's, sa réponse est catégorique. « La rentabilité d'un Glup's (et plus généralement d'un commerce de bonbons) est insuffisante pour des investisseurs » affirme-t-il.

Le propre d'un investisseur est de vouloir sortir rapidement (au bout de cinq ans) avec des bénéfices. Or, un Glup's étant ouvert 6 jours/7, lorsque le franchisé n'est pas l'exploitant du magasin, il faut 3 à 3,5 salariés pour couvrir l'amplitude horaire. Dans ce cas, l'impact de la masse salariale sur le résultat d'exploitation réduit considérablement les bénéfices.
Chez Glup's, avec des revenus annuels d'environ 50.000 €, un couple d'exploitants gagne sa vie parce qu'il ne connaît pas les 35 heures.

Quant à faire rentrer des financiers au capital de la marque, même pas en rêve ! Si l'objectif d'une telle opération est de passer 45 à 90 points de vente en 2 ans, Glup's a déjà donné. Cela a d'ailleurs coûté la vie à la moitié des franchisés du réseau, l'autre moitié ayant pu être sauvée par Geslot SAS, fournisseur historique de l'enseigne.
« Le bonbon est un marché de niche » souligne Eric Geslot. « Même en développant massivement un réseau de distribution, il est peu probable que la rentabilité attendue par des financiers soit au rendez-vous. »

Alors faut-il ou non ouvrir un Glup's ? Si oui, dans quelles conditions ?

Glup's est un concept idéal pour tous les couples qui veulent se lancer dans le commerce de détail en confiserie, et qui bien sûr possèdent la fibre commerçante. Poids du stock extrêmement limité (6.000 €), pas d'invendus, effectif réduit à 2 personnes (les franchisés exploitants), marge brute confortable (70%) : le modèle économique Gup's possède de vrais atouts.

Sous réserve que ces commerçants investissent dans un emplacement n°1 bien sûr, encore et toujours ! L'emplacement est le nerf de la guerre pour toutes les enseignes, sauf que chez Glup's, 40 m2 largement ouverts sur la rue (ou en galerie marchande) suffisent à accueillir les 150 à 200 références de bonbons (environ 1,5 tonne) nécessaires pour attiser la gourmandise des passants.

Qui dit emplacement n°1 dit coût. Si cet élément conditionne l'activité d'un magasin, le loyer ne doit pas plomber la rentabilité. Le prévisionnel d'exploitation doit impérativement être réaliste. « C'est le b.a-ba, mais il est bon de le rappeler » souligne le dirigeant du réseau Glup's. « Chez Glup's, le loyer pèse en moyenne moins de 10% du chiffre d'affaires d'un magasin. »

Alors, la franchise de bonbons, une activité capitalistique ? Oui pour les commerçants qui appliquent les règles de bon sens et parviennent au fil du temps à valoriser leur fonds de commerce. Certainement pas pour des financiers en quête de profit immédiat.

Libre à tout challenger de démontrer le contraire, sans toutefois reproduire les erreurs passées. Devoir de mémoire oblige, on ne peut s'empêcher souligner que l'euphorie des années 1990 autour du bonbon a été suivie d'une longue période d'austérité. Lorsqu'en 1996 Geslot SAS a repris le réseau Glup's, le négociant s'est attaché à « donner de l'oxygène aux magasins qui pouvaient encore être sauvés ».

A propos de Glup's :
Créé en 1993, Glup's est un réseau de 45 magasins 100% bonbon.
Boîte à bonbons géante, chaque magasin fait renaître les délices d'une enfance profondément ancrée dans les papilles... Guimauve, fraises, bananes, oursons, crocodiles, boules de coco, langues, boules de mammouth, mûres, tétines, marshmallow, fudges, caramels au chocolat… on trouve chez Glup's quelque 250 icônes de la confiserie.
Le site Internet www.glups.fr offre également un large choix de confiseries à commander en ligne !

Contact presse :
SBS.Com, Sylvie Baudard - tel.: 01 46 14 87 38



Retour page précédente

Pub
Lusopassion, le magazine des cultures lusophones LusoPassion.com, le magazine des cultures lusophones en France
Communiqués les plus consultés :
    Lyon-communiques.com dans les autres régions
    Pour retrouver l'ensemble des communiqués de presse diffusés sur notre plateforme :
    LYONannuaire.com