Bienvenue sur le nouveau site de www.lyon-communiques.com
Les communiqués de presse en direct Lyon & Rhône-Alpes
Communiqué de presse : société / vie sociale

Privatisation d'Aéroports de Lyon : MARIBA demande au Ministre de protéger les riverains

MARIBA

Communiqué le 15/09/2015
L'association de défense des riverains de l'aéroport de Lyon-Bron MARIBA a écrit au Ministre de l'Économie et aux Élus locaux en précisant les conditions environnementales et sanitaires qu'elle demande d'inclure au cahier des charges relatif à la privatisation d'Aéroports de Lyon.

Après avoir écrit en août aux Élus locaux coactionnaires d'Aéroports de Lyon (Messieurs Gérard Collomb Président de la Métropole de Lyon, Jean-Jack Queyranne Président du Conseil Régional de Rhône-Alpes et Christophe Guilloteau Président du Conseil Départemental du Rhône), c'est à Monsieur Emmanuel Macron, Ministre de l'Économie, de l'Industrie et du Numérique que l'association de défense des riverains de l'aéroport de Lyon-Bron MARIBA a exposé par courrier ses craintes et ses demandes concernant la prochaine privatisation de la société Aéroports De Lyon (ADL).

On parle surtout de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry, mais MARIBA rappelle que l'aéroport Lyon-Bron aussi est concerné par cette privatisation et que ses nuisances impactent directement la Métropole de Lyon, puisqu'il y est entièrement situé.

D'après l'association, un nombre croissant de riverains constate que l'agglomération est de plus en plus souvent survolée par des avions de lignes évoluant à une altitude relativement basse. Sur Internet, des outils de suivi du trafic aérien indiquent effectivement que des avions accueillis à St-Exupéry survolent la métropole de Lyon entre 5.000 et 6.000 ft MSL (environ 1290 à 1590 mètres au-dessus du sol, pour une altitude moyenne à Lyon de 237m). Avec ces appareils c'est assez bas pour qu'au sol, on perçoive une vraie nuisance sonore.
Avec la privatisation et avec la récente modification de la DTA (directive territoriale d'aménagement) qui prévoit le triplement de l'activité à l'aéroport de Lyon St Exupéry d'ici une dizaine d'années, MARIBA s'inquiète sérieusement de voir augmenter l'ensemble des nuisances aériennes au niveau de l'agglomération lyonnaise.
Et pour les communes de Bron, Chassieu, Décines, Saint-Priest et Vaulx-En-Velin, le bruit de ces appareils de St-Exupéry, vient s'ajouter à la liste déjà longue des nuisances provoquées par l'aéroport Lyon-Bron (aviation d'affaires et de luxe, vols de nuit, hélicoptères, écoles de pilotage, etc).

Les craintes de MARIBA se basent aussi sur le cahier des charges relatif à la récente privatisation de l'aéroport de Toulouse-Blagnac qui indiquait notamment que « l'État privilégiera les solutions permettant de [...] contribuer à la croissance du trafic » et qui imposait aux candidats des engagements ne répondant qu'à des enjeux financiers.
Selon MARIBA, l'augmentation du trafic provoque systématiquement celle des nuisances aériennes car elle n'est pas assez vite compensée par des progrès techniques en matière de réduction du bruit et des émissions de polluants. Avec l'accroissement du trafic, on constate surtout la détérioration de la qualité de vie des riverains exposés aux nuisances.
C'est pourquoi l'association demande au ministre que le cahier des charges pour Lyon impose des conditions répondant aux enjeux environnementaux et sanitaires pour les territoires concernés. Dans ses courriers, elle a détaillé des propositions allant dans ce sens.

Avant tout elle insiste sur la nécessité d'une clause empêchant la prolifération des vols de nuit, car plusieurs rapports officiels ont identifié les nuisances nocturnes comme étant les plus nocives. En réponse à la gravité de ce problème, un couvre-feu est appliqué à de nombreux aéroports : Berlin, Francfort, Genève, Orly, Munich, Zurich, ... et l'application de cette mesure ne les empêche pas de se situer au premier rang des aéroports européens.

L'association précise aussi que des conditions d'exploitation peuvent s'inspirer des engagements signés par ADL pour l'aéroport St-Exupéry et de plusieurs points ayant déjà fait consensus lors de la rédaction de la nouvelle charte de l'aéroport Lyon-Bron. Ces conditions environnementales ont été établies dans le cadre de concertations entre ADL, les Élus locaux et les riverains, ce qui garantit qu'elles sont raisonnables et qu'elles sont adaptées à chacune des deux plateformes.

L'association MARIBA attend des Élus locaux et du Ministre de l'Économie qu'ils lui communiquent leur avis sur le bien-fondé de ses demandes et qu'ils la renseignent sur la nature des conditions environnementales et sanitaires que l'État projette d'inclure dans le cahier des charges relatif à la privatisation de la société Aéroports De Lyon.

Pour plus d'informations sur la privatisation d'Aéroports de Lyon, MARIBA lui a consacré plusieurs accessibles ici :
http://aeroportdebruit.fr/lexique/30-privatisation-d-aeroports-de-lyon

Contact presse :
MARIBA (Mouvement Associatif des RIverains Brondillants de l'Aéroport de Bron)
Association déclarée en préfecture le 03.02.2009 sous le n° W691073023



Retour page précédente

Pub
Lusopassion, le magazine des cultures lusophones LusoPassion.com, le magazine des cultures lusophones en France
Communiqués les plus consultés :
    Lyon-communiques.com dans les autres régions
    Pour retrouver l'ensemble des communiqués de presse diffusés sur notre plateforme :
    LYONannuaire.com